La famille Grand-Ducale

S.A.R. le Grand-Duc Jean

Né le

05 janvier 1921

au Château de Berg au Luxembourg

© 1998 SIP, tous droits réservés

Présentation

Le Grand-Duc Jean Benoît Guillaume Robert Antoine Louis Marie Adolphe Marc d’Aviano de Luxembourg, Duc de Nassau, Prince de Bourbon de Parme, est le fils aîné de la Grande-Duchesse Charlotte et du Prince Félix de Bourbon de Parme. Son parrain fut Sa Sainteté le Pape Benoît XV.

La majeure partie de son enfance s’écoule au Château de Berg. Il fait ses études primaires et secondaires à Luxembourg et les complète au collège d’Ampleforth (Yorkshire) en Grande-Bretagne, de 1934 à 1938. À partir du 5 janvier 1939, alors que le Prince Jean a atteint sa majorité, il porte le titre de Grand-Duc héritier de Luxembourg en sa qualité d’Héritier Présomptif de la Couronne du Grand-Duché.

Le Grand-Duc héritier Jean épouse la Princesse Joséphine-Charlotte de Belgique le 9 avril 1953.

Pour en savoir plus sur S.A.R. la Grande-Duchesse Joséphine-Charlotte
© Collections de la Cour grand-ducale

Années d'exil et de guerre

Le 10 mai 1940, le Prince Jean quitte le territoire luxembourgeois avec ses parents pour fuir l’occupant allemand. La famille se réfugie d’abord en France, puis passe en Espagne pour rejoindre le Portugal. La prochaine étape les mène aux États-Unis, au Canada et en Grande-Bretagne. Au Québec, Prince Jean suit des cours de droit et de sciences politiques à l’université Laval.

Aux États-Unis et au Brésil, le Prince Jean entreprend entre 1941 et 1942 un « Goodwill Tour » auprès des Luxembourgeois de la diaspora au nom de sa mère S.A.R. la Grande-Duchesse Charlotte et avec le soutien du gouvernement du Premier ministre Pierre Dupong. L’objectif de ce tour est de créer un mouvement de solidarité et de mettre en place un fonds de soutien, le « National Relief Fund » en vue de la reconstruction du Grand-Duché de Luxembourg.

Goodwill Tour

Ce Goodwill Tour le conduit dans des grandes villes du Midwest américain où vit une importante communauté composée de luxembourgeois et de leurs descendants: Chicago, Aurora, Dubuque, Luxemburg, Remsen, Milwaukee, Saint Paul, Minneapolis et Port Washington. Durant le Goodwill Tour, le Prince condamne l’invasion du Grand-Duché :

We did not want to become either French or German, we wish to remain Luxembourgers and live in peace with the whole world.
© Collection photographique de la Maison grand-ducale (Luxembourg)

Le Grand-Duc Jean, alors Prince héritier, à Luxemburg, un village du comté de Kewaunee, dans le Wisconsin, aux États-Unis

Dans ses discours, le Prince Jean dénonce les agissements du chancelier Adolf Hitler en Allemagne et en Europe et appelle les Américains et la diaspora luxembourgeoise à la solidarité envers le Grand-Duché.

Entre le 19 juin et le 8 juillet 1942, le Prince Jean poursuit sa tournée au Brésil, où vivent également d’importantes colonies de luxembourgeois.

Sous les armes

Le 6 octobre 1942, le Grand-Duc héritier et son père, le Prince Félix, partent du Canada pour la Grande-Bretagne, afin de s’engager dans l’armée britannique. Suivant les conseils du Roi Georges VI, le Prince Jean s’engage dans les Irish Guards. Les premiers mois de l’entraînement mènent le Prince à Caterham et Pirbright pour aboutir à l’École royale militaire de Sandhurst établie dans les casernes Mons à Aldershot, qu’il quitte avec le grade de Second Lieutenant (28 juillet 1943). Le même jour il s’adresse aux Luxembourgeois sur les ondes de la BBC.

© Collections privées de la Cour grand-ducale

Guards Depot Caterham, Surrey, Angleterre, Janvier 1943 - Le Grand-Duc Jean (à gauche) avec deux autres recrues

En août 1943, le Prince rejoint le bataillon d’entraînement des Guards à Lingfield. Pendant cette période, il lui arrive d’être de garde devant Buckingham Palace. Il se souvient très bien de la « visite » de sa mère et de ses sœurs alors qu’il devait rester impassible.

En février 1944, il entre au 3e Bataillon des Irish Guards dans la Guards Armoured Division (division blindée des gardes) stationné à Malton (Yorkshire). C’est à Malton que le bataillon reçoit un entraînement préparatif pour le débarquement en Normandie. Le 3 mars 1944, le Prince Jean est promu lieutenant. À la fin du mois d’avril, le bataillon est déplacé dans le plus grand secret à Eastbourne.

© Collection photographique de la Maison grand-ducale de Luxembourg

Les Lieutenant "John Luxembourg" et J. « Busty » Kevill posent devant leur véhicule de service

Débarquement et libération

Le 11 juin 1944, le Prince Jean débarque en Normandie en tant que membre d’une unité de renforts. Son unité précède le 3e Bataillon qui ne débarque près d’Arromanches que le 23 juin. Dans la suite, il sert en Normandie à l’état-major de la 32e Brigade de la Guards Armoured Division, prenant part à la bataille de Caen (Operation Goodwood). Ayant subi des pertes assez importantes, la Guards Armoured Division est alors placée sous les ordres du XXXe corps et reçoit l’ordre d’avancer vers la frontière belge.

Le 25 août (Libération de Paris), les soldats de la division passent la Seine près de Vernon; le 29 août, ils se retrouvent sur la Somme. Libérant au passage Arras et Douai, ils atteignent Bruxelles au soir du 3 septembre. Le lendemain, la division prend part aux cérémonies militaires devant le monument du soldat inconnu et devant l’Hôtel de Ville, puis continue vers l’est. Le 7 septembre à Bourg-Léopold, le Prince Jean reçoit l’ordre de rejoindre son père, le Prince Félix, auprès de la 5e division blindée américaine (Victory Division).

Le 10 septembre 1944, il franchit la frontière luxembourgeoise avec les troupes américaines qui libèrent le Grand-Duché, quelques heures après son père. L’après-midi, il arrive dans la Ville de Luxembourg, où il est salué par une grande foule avec un enthousiasme immense.

© Photo Collection Cour grand-ducale / Tony Krier / tous droits réservés

Le 10 septembre 1944, le Prince Félix et le Prince Jean entrent victorieusement à Luxembourg

Fin des hostilités

Après quelques jours au Luxembourg libéré, le Prince Jean rejoint son unité engagée dès le 17 septembre dans l’opération Market Garden (libération d’Arnhem). Pendant la bataille des Ardennes, la Guards Armoured Division est cantonnée entre Tirlemont et Namur avec pour mission de barrer la route aux Allemands vers Anvers.

Le 11 février 1945, la 32e brigade est engagée dans les attaques du Reichswald (au sud de Nijmegen) contre la ligne Siegfried. Il participe à la prise du Reichswald au nord-ouest de Wesel, et continue la campagne avec les forces alliées en Allemagne jusqu’à la fin des hostilités.

Une fois la résistance allemande brisée dans ce secteur, la Guards Armoured Division se lance en direction de Brême et Hambourg. Début avril 1945, le Prince Jean reçoit l’ordre de rejoindre le Luxembourg, où le retour de la Grande-Duchesse Charlotte est attendu. Le 14 avril 1945, le Grand-Duc héritier revient à Luxembourg pour assister au retour triomphal de sa mère.

© Collections de la Cour grand-ducale / Germaine van Parys

LL.AA.RR. la Grande-Duchesse, le Prince Félix et le Grand-Duc héritier Jean assistent au grand défilé militaire célébrant le premier anniversaire de la libération de la capitale luxembourgeoise

Quelques jours après la capitulation de l’Allemagne, il est détaché, avec le grade de capitaine des Irish Guards, auprès de la mission militaire alliée à Luxembourg. Envoyé à Berlin, il s’intéresse tout particulièrement au sort des Luxembourgeois déportés et à leur rapatriement. Il est nommé colonel de la jeune armée luxembourgeoise le 17 juillet 1945 et seconde le Prince Félix plus tard dans l’inspection générale.

Il n’est démobilisé des Irish Guards qu’en juin 1947.

© Collections de la Cour grand-ducale

Portrait officiel de S.A.R. le Grand-Duc héritier en uniforme de l’armée luxembourgeoise, promu au rang de Lieutenant-Colonel.

Le 21 août 1984, il est promu Colonel du Régiment des Irish Guards et le 17 mars 1995, il est nommé Général honoraire de l’Armée britannique.

Le Grand-Duc Jean est détenteur d’un grand nombre de distinctions honorifiques luxembourgeoises et étrangères. Il détient notamment les décorations militaires suivantes :

  • Croix de Guerre Luxembourgeoise avec Palme
  • Silver Star Medal (USA)
  • Croix de Guerre Française
  • Croix de Guerre Belge 1940 avec Palme
  • Oorlogsherinneringskruis (Pays-Bas)
  • 1939–1945 Star (GB)
  • France and Germany Star (GB)
  • Defence Medal (GB)
  • War Medal 1939–1945 (GB).

Le Grand-Duc Jean a livré le récit de son engagement lors de la Seconde Guerre mondiale dans un article intitulé « A Colonel’s Story » paru en 1999 dans le Irish Guard Journal No 58.

Il accepte la présidence d’honneur des Anciens combattants et la présidence d’honneur de l’Unio’n (Union des mouvements de la Résistance luxembourgeoise) et s’engage en outre en tant que président d’honneur de l’œuvre des Pupilles de la Nation.

Mariage avec la Princesse Joséphine-Charlotte de Belgique

Le 9 avril 1953, le Grand-Duc héritier Jean épouse la Princesse Joséphine-Charlotte de Belgique en la Cathédrale Notre-Dame de Luxembourg. C’est au Château de Betzdorf que le Grand-Duc héritier et la Grande-Duchesse héritière fondent une famille et que naissent la Princesse Marie-Astrid (1954), le Prince Henri (1955), le Prince Jean (1957), la Princesse Margaretha (1957) et le Prince Guillaume (1963).

© Collections de la Cour grand-ducale

Portrait - Mariage de LL.AA.RR. le Grand-Duc héritier Jean et la Princesse Joséphine-Charlotte de Belgique

Accession au trône

De 1951 à 1961, le Grand-Duc héritier est membre du Conseil d’État, ce qui lui permet de parfaire ses connaissances de la vie politique du pays.

Le 28 avril 1961, la Grande-Duchesse Charlotte institue le Prince Jean comme Lieutenant-Représentant.

© Collections de la Cour grand-ducale

14 novembre 1964 - Avènement au trône de S.A.R. le Grand-Duc Jean : S.A.R. la Grande-Duchesse Charlotte signe l'acte d'abdication

Le 12 novembre 1964, au cours d’une cérémonie qui a lieu au Palais grand-ducal, la Grande-Duchesse Charlotte signe, après 45 années de règne, la déclaration d’abdication par laquelle elle renonce à la couronne du Grand-Duché en faveur de son fils. Le même jour a lieu à la Chambre des députés la cérémonie solennelle de la prestation de serment du Grand-Duc Jean. Il prononce les mots suivants :

Mon grand dessein et ma plus noble tâche sera d’être et de me sentir le garant de la continuité nationale, autour duquel s’apaisent les passions politiques et se groupent les bonnes volontés, prêtes à agir.
© Collections de la Cour grand-ducale

Cérémonie officielle lors de visite d’État de la Reine Élisabeth II au Grand-Duché de Luxembourg

Le Couple grand-ducal effectue de nombreuses visites d’État telles qu’au Vatican (1965), au Brésil (1965), en Grande-Bretagne (1972), en U.R.S.S. (1975), en Tunisie (1975), au Sénégal (1977), en Chine (1979), ou aux États-Unis d’Amérique (1984), pour n’en relever que quelques-unes.

Pour le Grand-Duc Jean, la visite officielle aux États-Unis en novembre 1984 constitue un « événement de politique étrangère d’une portée exceptionnelle ». Le Couple contribue ainsi à fortifier les liens avec de nombreux pays, en recevant également 39 visites d’État au Luxembourg.

Durant les 36 ans de son règne, le Grand-Duc Jean accomplit son rôle de Chef d’État avec dévouement

À côté des fonctions représentatives à l’étranger, le Grand-Duc Jean et la Grande-Duchesse Joséphine-Charlotte recherchent constamment le contact avec la population au Luxembourg. Alors que le Chef d’État assume ses devoirs de connaître les défis et les opportunités auxquels le Luxembourg est confrontés, la Grande-Duchesse Joséphine-Charlotte est très active dans les domaines culturels et sociaux.

Les titres de Docteur honoris causa de l’université de Strasbourg et de l’université de Miami lui sont décernés le 22 novembre 1957 et le 6 mai 1979. Par ailleurs, le Grand-Duc Jean est président d’honneur du Comité olympique et sportif luxembourgeois; et membre, et à partir de 1998, doyen honoraire du Comité international olympique.

© Collections photographiques de la Maison grand-ducale de Luxembourg

S.M. l'Empereur Akihito et S.A.R. le Grand-Duc Jean

Engagement en faveur du scoutisme

Son lien avec le scoutisme dure plus de 80 ans. Il est nommé Chef scout le 28 octobre 1945, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Quelques années plus tôt, le 12 février 1939, le Prince Jean était devenu commissaire grand-ducal du scoutisme luxembourgeois.

Il préside de nombreuses réunions du conseil de la LBSA et participe à de multiples manifestations et activités des Scouts, notamment le Jubica 82, un camp international qui rassemble à Betzdorf plus de 3.300 scouts de 24 pays et de quatre continents. En 1995, il reçoit, « en reconnaissance de services à caractère exceptionnel », le Loup de bronze qui représente la plus haute distinction délivrée par le Comité de l’Organisation mondiale du scoutisme.

© Cour grand-ducale / Manuel Dias
Quelques semaines avant sa disparition en 2019, le Grand-Duc Jean a tenu à être présent le 1er mars à la séance académique célébrant le centenaire des Guides et Scouts luxembourgeois, aux côtés de son fils le Grand-Duc Henri.
Hommage aux 25 ans de règne du Grand-Duc Jean

Les 13, 14 et 15 novembre 1989, la population luxembourgeoise célèbre le 25e anniversaire de l’accession au trône du Grand-Duc Jean. Une cérémonie d’hommage a lieu le 14 novembre 1989 à la Chambre des députés et le Premier ministre Jacques Santer affirme alors que :

« Notre Dynastie est l’un des piliers de notre existence et l’une des garanties solides de la souveraineté du pays. »

 « La monarchie constitutionnelle que nous nous sommes librement donnée s’est avérée comme un bonheur pour le Luxembourg, puisque la Famille dépositaire de ce choix fondamental s’est montrée, à tous les égards, à la hauteur d’une tâche noble, bien sûr, mais difficile à assumer. »

Le règne du Grand-Duc Jean compte parmi les périodes les plus prospères qu’ait jamais connues le Grand-Duché de Luxembourg. Si les événements qui ont scellé son règne sont peut-être considérés comme moins marquants que ceux qui ont caractérisé le règne de sa mère, la Grande-Duchesse Charlotte, ils ont néanmoins contribué à l’éclosion d’une vie politique, économique et sociale d’une stabilité sans précédent pour le pays. On peut affirmer que le Grand-Duc Jean et la Grande-Duchesse Joséphine-Charlotte ont confirmé l’apport fondamental de la dynastie à l’unité et à la stabilité du Luxembourg.

© Collections de la Cour grand-ducale

En honneur du 25e anniversaire de l’ascension au trône de S.A.R. le Grand-Duc Jean, une séance solennelle avait été organisée par les députés luxembourgeois

Abdication du Grand-Duc Jean

Le 4 mars 1998, le Grand-Duc Jean nomme Lieutenant-Représentant son fils Henri, suivant en cela l’exemple de sa mère. Le 24 décembre 1999, après presque 36 ans de règne, le Grand-Duc Jean annonce son abdication en faveur de son fils, le Grand-Duc héritier Henri.

La veille de la cérémonie d’abdication, S.A.R. le Grand-Duc Jean prononce un discours :

Lorsque j’ai accédé aux fonctions de Lieutenant-Représentant en 1961 et à celle de Grand-Duc en 1964, vous m’avez souhaité une main heureuse pour faire du Luxembourg, avec vous, un pays moderne. Ensemble, nous avons réussi. Jamais auparavant dans son histoire, notre pays n’avait connu la reconnaissance mondiale dont il jouit aujourd’hui. Jamais auparavant, notre niveau de vie n’avait été aussi élevé et notre système de sécurité sociale aussi efficace qu’aujourd’hui. Jamais auparavant, autant de personnes n’avaient travaillé et habité dans notre pays et jamais auparavant notre pays n’avait connu tant de richesse culturelle. Toutes ces réalisations n’auraient toutefois pas été possibles sans notre participation à la construction européenne.
© SIP

S.A.R. le Grand-Duc Jean prononce un discours la veille de son abidcation

Après la signature de l’arrêté d’abdication le 7 octobre 2000, le Premier ministre Jean-Claude Juncker prononce un discours particulièrement émouvant qui rend hommage à S.A.R. le Grand-Duc Jean ainsi qu’à son épouse. « Vous avez effectué un parcours sans faute » et « la Grande-Duchesse a été votre plus fidèle collaboratrice ». S’adressant plus particulièrement au Grand-Duc Jean, le Premier ministre précise: « Vous êtes un des nôtres et vous ne nous avez jamais donné l’impression d’être différent de nous. (…) Nous avons été et restons fiers de vous ».

Vie retirée à Fischbach

Le Grand-Duc Jean et la Grande-Duchesse Joséphine-Charlotte passent la retraite au Château de Fischbach. Mais à peine cinq ans après l’abdication du Grand-Duc Jean, la Grande-Duchesse Joséphine-Charlotte meurt après une longue maladie en 2005, à l’âge de 77 ans. La même année, la Philharmonie de Luxembourg est inaugurée et porte le nom officiel « Salle de concerts Grande-Duchesse Joséphine-Charlotte ».

© SIP / Christophe Olinger

Funérailles de S.A.R. la Grande-Duchesse Joséphine-Charlotte

Même après son abdication, le Grand-Duc Jean ne cesse de participer à des événements importants, telle que la 70e commémoration de l’anniversaire du Débarquement en Normandie le 6 juin 2014, à Ouistreham. Il est le seul parmi les chefs d’État présents à avoir participé en personne aux combats.

Son 95e anniversaire est fêté avec solennité; plusieurs centaines de personnalités, représentants du monde politique, de l’économie et de la culture, et d’autres maisons royales sont présent au concert de gala à la Philharmonie en 2016.

Le Grand-Duc Jean continue aussi à recevoir des invités au Château de Fischbach, tels que des ministres du gouvernement luxembourgeois, ou une délégation du Musée national d’histoire militaire en 2016.

© Cour grand-ducale / Guy Wolff

Il est aussi présent à l’échange de vues au Palais grand-ducal avec la chancelière allemande Angela Merkel en janvier 2017, et ne veut en rien manquer la célébration du 100e anniversaire du mouvement scoutiste à Luxembourg en mars 2019, engagement qui lui tient très à cœur.

Avec l’âge, il ne voyage plus très souvent, sauf pour rejoindre la Famille grand-ducale à Cabasson durant les vacances d’été.

Ami de la nature, le Grand-Duc s’intéresse particulièrement aux problèmes de l’environnement, ainsi qu’à la protection de la faune et de la flore. Sa retraite lui permet de parcourir son pays pour visiter les églises et chapelles, pour se promener dans les vignes le long de la Moselle et dans les forêts. Ses lieux favoris sont entre autres la réserve naturelle à Remerschen, où l’observation des sauvagines le fascine, et le Pont-Misère d’Esch-sur-Sûre, avec la vue magnifique sur le lac. La zone marécageuse Misärsbréck est aussi une réserve naturelle et ornithologique nationale qu’il apprécie visiter. Il suit avec passion le Tour de Luxembourg, et s’adonne avec ardeur à la photographie et à la peinture.

Le Grand-Duc Jean a 21 petits-enfants et 18 arrière-petits-enfants.

Il tombe malade mi-avril 2019 d’une pneumonie. Il décède le 23 avril.

© Collections privées de la Maison grand-ducale

Funérailles

Dans une lettre adressée à la population luxembourgeoise le 4 mai 2019, le Grand-Duc Henri rend hommage « à une personne au caractère éminemment positif », à son père qui « est resté très attentif à sa famille, malgré la lourde charge qu’il accomplissait avec sagesse et un grand sens du devoir. » Il y évoque « l’amour profond qu’il portait à sa patrie et la très grande affection qu’il vouait à ses compatriotes dans leur unité et leur diversité » et que son père « ressentait une intense fierté, en voyant le parcours de son pays depuis ces dernières décennies ».

Le gouvernement proclame dix jours de deuil national qui culminent avec les obsèques officielles le 4 mai à la cathédrale de Luxembourg, qui sont célébrées en présence de nombreuses autorités nationales et internationales et des membres des familles royales d’Europe et d’ailleurs.

La dépouille du Grand-Duc Jean est transportée dans une procession funéraire du Château de Berg au Palais grand-ducal, où il est exposé jusqu’à la veille des funérailles. Des milliers de concitoyens viennent dire un dernier adieu au Grand-Duc Jean.

© Cour grand-ducale / Claude Piscitelli
© SIP / Emmanuel Claude

Le Grand-Duc Jean en images

Les enfants grand-ducaux en 1934 © Ed Kutter

Les enfants grand-ducaux en 1934

La Famille grand-ducale © Alyose Anen
Le Prince Félix, Sir Winston Churchill et le Prince Jean © Bertogne

Le Prince Félix, Sir Winston Churchill et le Prince Jean en 1946

Vacances au ski en 1947 © Collection privée

Vacances au ski en 1947

Le Prince Jean et la Princesse Joséphine-Charlotte © Albert Becker / Pol Aschman

Le Prince Jean et la Princesse Joséphine-Charlotte en 1953

Le Prince Jean,la Princesse Joséphine-Charlotte et la Princesse Marie-Astrid © Pol Aschman

Le Prince Jean, la Princesse Joséphine-Charlotte et la Princesse Marie-Astrid en 1954

Naissance du Prince Henri en 1955 © Pol Aschman

Naissance du Prince Henri en 1955

Le Grand-Duc Jean et le Prince Henri © Ed Kutter

Le Grand-Duc Jean et le Prince Henri en 1957

Le Prince Jean © Collection privée

Le Prince Jean en uniforme de Scout en 1958 au Château de Betzdorf

Le Grand-Duc Jean, le Prince Jean et la Princesse Margaretha © Tony Krier

Le Grand-Duc Jean avec les jumeaux, le Prince Jean et la Princesse Margaretha, en 1958

La Grande-Duchesse Charlotte entourée par ses enfants © Collection privée

La Grande-Duchesse Charlotte entourée par ses enfants à Cabasson en 1959

Le Grand-Duc Jean avec le Prince Jean et le Prince Henri © Collection privée

Le Grand-Duc Jean avec le Prince Jean et le Prince Henri en 1962

La Famille grand-ducale en 1962 © Paris Match

Photo de famille en 1962

Photo de famille au Château de Berg © Tony Krier

Photo de famille au Château de Berg

La Famille grand-ducale © Tony Krier / Albert Becker

La Famille grand-ducale

La Grande-Duchesse Charlotte, le Grand-Duc Jean, le Prince Henri et la Princesse Maria Teresa © Collection privée

La Grande-Duchesse Charlotte, le Grand-Duc Jean, le Prince Henri et la Princesse Maria Teresa

Le Grand-Duc Jean en 1982 © Jubica FNEL

Le Grand-Duc Jean en 1982

Le Grand-Duc Jean avec son chien Bronco © Collection privée

Le Grand-Duc Jean avec son chien Bronco

Journée en famille © Jochen Herling

Journée en famille

Le Grand-Duc Jean et la Grande-Duchesse Joséphine Charlotte © Jochen Herling

Le Grand-Duc Jean et la Grande-Duchesse Joséphine Charlotte en 1989

Le Couple grand-ducal et le Couple héritier © Reginald Davis

Le Couple grand-ducal et le Couple héritier

St Patrick's Day en 2000 © Luxpress

St Patrick's Day en 2000

Visite exposition Grande-Duchesse Charlotte © Collection privée

Visite de l'exposition sur la vie de la Grande-Duchesse Charlotte en 2010

95e anniversaire de S.A.R. le Grand-Duc Jean © SIP / Jean-Christophe Verhaegen

95e anniversaire de S.A.R. le Grand-Duc Jean

Portrait du Grand-Duc Jean

Le Grand-Duc Jean sur sa terrasse au Château de Fischbach

 
Pour aller plus loin :
Pour en savoir plus sur S.A.R. la Grande-Duchesse Joséphine-Charlotte