La Famille grand-ducale

S.A.R. la Grande-Duchesse Marie-Adélaïde

Née le

14 juin 1894

au Château de Berg

© Collections de la Cour grand-ducale

Biographie

Marie-Adélaïde Thérèse Hilda Wilhelmine de Nassau est née le 14 juin 1894 au Château de Berg. Elle est l’aînée de 6 filles de Guillaume IV et de son épouse Marie-Anne de Bragance, infante du Portugal.

Elle est Grande-Duchesse de Luxembourg de 1912 jusqu’à son abdication en 1919.

Elle décède le 24 janvier 1924 au Château de Hohenburg en Bavière sans laisser de descendants.

© Collections de la Cour grand-ducale

La Princesse Marie-Adélaïde et ses soeurs

Jeune héritière au trône

Le 10 juillet 1907, après modification de l’ordre de succession au trône par le Grand-Duc Guillaume IV, la Princesse Marie-Adélaïde, âgée de 13 ans, est proclamée Grande-Duchesse héritière. À l’âge de 17 ans et 8 mois, elle succède à son père le 25 février 1912. Sa mère, la Princesse Marie-Anne qui avait déjà exercé la régence lors de la maladie de son époux, continue de l’exercer jusqu’aux dix-huit ans accomplis de la nouvelle Grande-Duchesse en juin.

Elle est le premier souverain luxembourgeois né sur le sol luxembourgeois depuis Jean l’Aveugle en 1296. Depuis la mort de l’Impératrice Marie-Thérèse en 1780, aucune femme n’avait accédé au trône du Luxembourg.

© Collections de la Cour grand-ducale

Portait de la jeune Grande-Duchesse héritière Marie Adélaïde de Luxembourg. 

Avènement au trône à 18 ans

Le discours de la jeune Grande-Duchesse, prononcé lors de sa prestation de serment à la Chambre des Députés le 18 juin 1912, est empreint d’un tout autre esprit que celui de son père. La Grande-Duchesse Marie-Adélaïde affirme son intérêt pour les questions politiques et sociales. S’inspirant de la devise « Judicate Juste ! » de l’empereur Henri VII issu de la Maison de Luxembourg, elle déclare :

 

« C’est le désir de juger conformément aux exigences de la justice et de l’équité qui inspirera tous mes actes. Le Droit et l’Intérêt général seuls me guideront ! ».

« Juger juste, n’est-ce pas la Justice égale pour tous, mais aussi la Justice protectrice des humbles et des faibles ? L’inégalité économique croissante entre les hommes est la grave préoccupation de notre époque. La Paix sociale, si ardemment désirée, est restée jusqu’ici un fuyant idéal. Ne faut-il pas faire œuvre de rapprochement et de solidarité ? ».

© Collections de la Cour grand-ducale

S.A.R. la Grande-Duchesse Marie Adélaïde lors de la traditionnelle apparition au balcon suite à sa prestation de serment du 18 juin 1912.

Ce discours très social indique cependant aussi que Marie-Adélaïde veut avoir son mot à dire dans les orientations politiques à prendre. La Grande-Duchesse Marie-Adélaïde, très catholique, reste convaincue d’être souveraine « par la grâce de Dieu ». Une telle attitude doit se heurter à l’esprit du temps qui a évolué et à la réalité politique (conflit autour de la loi scolaire de 1912, nomination du Gouvernement Loutsch, dissolution du Parlement).

À aucun moment cependant, Marie-Adélaïde ne dépasse ses droits constitutionnels ; mais son intervention active dans la politique est ressentie par la majorité de gauche (sociaux-démocrates et libéraux) comme contraire à l’esprit de la constitution. Il faut rappeler que déjà, lors des débats sur le nouveau statut de famille, en 1907, les socialistes s’étaient élevés contre la monarchie.

© Collections de la Cour grand-ducale

Portrait officiel de S.A.R. la Grande-Duchesse Marie Adélaïde de Luxembourg

Première Guerre mondiale

Deux années plus tard, le 2 août 1914, les troupes allemandes envahissent le Grand-Duché. La première guerre mondiale est une épreuve pour le jeune Etat luxembourgeois. La population éprouve des sentiments partagés envers les parties combattantes. Les liens économiques avec l’Allemagne sont très étroits. Le Luxembourg fait partie du « Zollverein », le réseau ferroviaire luxembourgeois appartient à l’Allemagne et l’industrie sidérurgique est dans la main d’investisseurs allemands. Une partie de l’élite du pays a aussi fait ses études en Allemagne, un pays qui est perçu par bon nombre de décideurs politiques comme innovateur et moderne. De l’autre côté, la garnison prussienne établie dans la forteresse de la Ville jusqu’en 1867 a créé une attitude de rejet envers les Allemands dans la population luxembourgeoise.

Le gouvernement ainsi que Marie-Adélaïde protestent, impuissants, contre la violation de la neutralité du Luxembourg, mais renonce à s’opposer à la machine de guerre allemande, dans l’intérêt de la population. Jusqu’à la libération, le 11 novembre 1918, l’occupant allemand laisse intact l’ensemble des structures de l’État luxembourgeois. L’occupation allemande se limite au seul domaine militaire.

L’accueil du Kaiser par la Grande-Duchesse Marie-Adélaïde au Palais en temps de guerre devient le symbole de la proximité de la classe politique luxembourgeoise envers l’envahisseur. Après la guerre, les Alliés reprochent au Luxembourg son attitude jugée complaisante envers l’Allemagne. « Ce pays n’a pas fait son devoir et ne mérite pas d’être maintenu dans son état actuel » juge le ministre français Poincaré. La Belgique à son tour voit le moment venu de relancer ses revendications sur le Luxembourg. Les forces antidynastiques et annexionnistes joignent leurs efforts. Au Luxembourg, les socialistes et libéraux demandent au Parlement la déchéance de la dynastie. Un vote qui échoue cependant.

© Collections de la Cour grand-ducale

Luxembourg, 21 novembre 1918, entrée des troupes américaines dans la capitale luxembourgeoise

Le 9 janvier 1919, des troubles révolutionnaires éclatent alors dans la capitale où la petite Compagnie des Volontaires entre en mutinerie et la république est proclamée par les libéraux et socialistes. Des troupes envoyées au Luxembourg par la France rétablissent le calme et l’ordre. Pour contrer les opposants à la monarchie, Marie-Adélaïde décide d’abdiquer en faveur de sa sœur Charlotte.

Le 28 septembre 1919, les Luxembourgeois se prononcent dans un référendum à 80% pour le maintien de la monarchie.

L'après-règne de la Grande-Duchesse Marie-Adélaïde

Marie-Adélaïde quitte le Luxembourg pour entrer dans les ordres dans un couvent à Modène (Italie). Elle décède au château de Hohenbourg le 24 janvier 1924. En 1947, sa dépouille est transférée à la Cathédrale de Luxembourg.

© Collections de la Cour grand-ducale

S.A.R. la Grande-Duchesse Marie-Anne de Luxembourg entourée de ses six filles

La Grande-Duchesse Marie-Adélaïde en images

Portrait de la Princesse Marie-Adélaïde © Collections photographiques de la Maison grand-ducale de Luxembourg

Portrait de la Princesse Marie-Adélaïde

La Princesse Marie-Adélaïde avec ses soeurs © Collections photographiques de la Maison grand-ducale de Luxembourg

La Princesse Marie-Adélaïde avec ses soeurs

Portrait de la Grande-Duchesse Marie-Adélaïde © Collections photographiques de la Maison grand-ducale de Luxembourg

Portrait de la Grande-Duchesse Marie-Adélaïde

La Grande-Duchesse Marie-Adélaïde avec ses soeurs les Princesses Charlotte, Hilda et Antonia © Collections photographiques de la Maison grand-ducale de Luxembourg

La Grande-Duchesse Marie-Adélaïde avec ses soeurs les Princesses Charlotte, Hilda et Antonia au parc du Château de Berg

Portrait de la Grande-Duchesse Marie-Adélaïde © Collections photographiques de la Maison grand-ducale de Luxembourg

Portrait de la Grande-Duchesse Marie-Adélaïde

Portrait de la Grande-Duchesse Marie-Adélaïde © Collections photographiques de la Maison grand-ducale de Luxembourg

Portrait de la Grande-Duchesse Marie-Adélaïde

Portrait de la Grande-Duchesse Marie-Adélaïde © Collections photographiques de la Maison grand-ducale de Luxembourg

Portrait de la Grande-Duchesse Marie-Adélaïde

La Grande-Duchesse Marie-Adélaïde © Collections photographiques de la Maison grand-ducale de Luxembourg

La Grande-Duchesse Marie-Adélaïde

La Grande-Duchesse Adelaïde Marie et la Grande-Duchesse Marie-Anne avec ses six filles © Collections photographiques de la Maison grand-ducale de Luxembourg

La Grande-Duchesse Adelaïde Marie et la Grande-Duchesse Marie-Anne avec ses six filles